Travaux de recherches

Faire vivre et fleurir la tradition
musicale Corse

Depuis sa fondation en 1978, l’association a ressenti fortement le besoin de s’alimenter directement aux sources vivantes de la tradition musicale corse.

Son premier objectif a été de rechercher les traces de l’instrumentarium, immédiatement suivi par celui de retrouver ceux qui savaient encore en user. Enfin, la nécessité de rapprocher le patrimoine vocal, monodique et polyphonique, dont le répertoire s’était mieux conservé, du domaine instrumental a été son troisième objectif.

Le Centre VOCE a réuni des documents sonores au sein d’un corpus de recherches, dont certains proviennent de décennies antérieures. La majeure partie de ce fond a permis la reconstitution de voix oubliées pour ce qui touche au répertoire polyphonique, sacré ou profane, à la recherche et la reconstitution d’instruments disparus de la pratique usuelle.

2 DIRECTIONS DE RECHERCHES

La collecte d’œuvres musicales

Poursuivre et développer le collectage, analyser les œuvres et les pratiques, pour les reverser vers les pratiques instrumentales.

Ce collectage a été au départ presque exclusivement orienté sur la Balagne, région peu étudiée jusque là, puis s’est étendu à d’autres régions de Corse. Il a fait apparaître, vu l’état de délabrement du patrimoine, la nécessité d’opérer des opérations de « restauration » afin de pouvoir retrouver une pratique vocale.

Des rencontres avec des musiciens

Organiser des rencontres avec des musiciens extérieurs pratiquant des instruments ou des répertoires vocaux similaires ou approchants de manière à mieux en comprendre les possibilités.

Ces rencontres ont pris la forme tantôt de concerts, tantôt de séminaires, et ont balayé l’espace (le Kurdistan, le Portugal…) et le temps (Moyen-Âge, Renaissance, Baroque).

Le projet [CO S-A]
« Corsica Sud-Archives »

L’objectif de [CO S-A] est de mettre en place une collaboration durable entre le laboratoire PRISM (UMR 7061), la Phonothèque de la MMSH (UAR 3125) et le CNCM VOCE (Pigna/Corse) afin d’intensifier la réflexion musicologique sur les musiques orales et la pratique actuelle de ces répertoires.

Cette collaboration permettra de valoriser et de maintenir de façon dynamique la proximité culturelle et historique entre la région Sud et la Collectivité Territoriale de Corse par le développement d’une relation durable sur le partage de fonds d’archives patrimoniales et immatérielles ainsi que les modalités de leur conservation et de leur recréation, tout en favorisant des actions de recherche scientifique.

L’objectif est de réfléchir de façon collaborative à la question du réemploi (réécritures, recyclage, détournement, ré-interprétation, improvisation) de l’archive. En effet, les musiques orales ne sont pas des musiques désuètes ou uniquement réservées aux spécialistes de leur pratique.


• Champ d’étude & hypothèses :

Nous faisons l’hypothèse que c’est en provoquant des actions hybrides
(théoriques et pratiques) et des rencontres, que les pratiques patrimoniales demeurent des pratiques ancrées dans le présent de la création contemporaine dont elles tirent souvent les conditions de leur renouvellement.
Si cette hypothèse n’est pas neuve et si de nombreux artistes et chercheurs l’étudient et la pratiquent, elle demande cependant à être théorisée plus précisément et mise en pratique sur un territoire dédié. 


La problématique de [CO S-A] est d’interroger les conditions de partage et de vie de ces archives issues de pratiques en perpétuelle évolution
et de cultures considérées comme orales, c’est-à-dire souvent catégorisées par opposition à la tradition musicale savante. [CO S-A] fait ainsi l’hypothèse que c’est en provoquant un transfert de compétences (penser de façon étroite les liens entre les savoirs métiers, le culturel et l’artistique mais aussi entre la recherche académique et la recherche appliquée) que l’on pourra réellement penser l’archive (et le patrimoine immatériel) comme une donnée vivante qui ne doit son existence qu’à l’espace fragile entre sa conservation et sa recréation.

Trois axes construisent [CO S-A]

 – Axe 1 –

Interactions entre recherche, patrimoine et création (résidence de recherche-création)

– Axe 2 –

Valorisation du patrimoine immatériel (autour du Repertorium VOCE)

Axe 3 –

Développement culturel et économique (pastilles sonores réalisées avec les artisans de Pigna)

Durée
Février 2022 à Janvier 2023

Infos
Le projet est lauréat de la fondation A*Midex, [Programme Transfert 2020-2023, Appel à projet « Émergence de nouvelles collaborations »].

https://cosa.hypotheses.org

L’Équipe

– Caroline Boë (compositrice, musicologue et artiste sonore, doctorante en Théorie et Pratique de la création artistique/PRISM UMR 7061)
– Jérôme Casalonga (CNCM VOCE)
– Christine Esclapez (PRISM UMR 7061)
– Véronique Ginouvès (IR CNRS/MMSH, UAR 3125)
– Joséphine Simonnot (IR CNRS/PRISM UMR 7061)

Mimofonia

Afin d’apprendre la polyphonie, le Centre Voce a mis au point une méthode pédagogique unique : la mimophonie.

« A mimofonia » est le résultat de recherches ayant débuté dans les années 1970, avec les musiciens-fondateurs de l’association et en premier lieu avec Antoine Massoni qui en fut son président fondateur, puis avec Nando Acquaviva, Nicole et Toni Casalonga. 

Nos publications

Les ouvrages de recherches et publications de VOCE.

MuseuMusica

Une collection unique de l’instrumentarium de Corse et d’ailleurs.

Le Répertorium

La médiathèque de VOCE, la plus grande archive de musiques traditionnelles corses.