• Vince contr'à u Covid-19 : protocole sanitaire +

    Vince contr'à u Covid-19 : protocole sanitaire Il nous tient à coeur de protéger notre public et de lui permettre de profiter de nos spectacles en toute Lire la suite
  • Cuncerti : A Cumpagnia +

    Cuncerti : A Cumpagnia Retrouvez A Cumpagnia en concert à l'Auditorium di Pigna Samedi 11 avril (annulé), mardi 19 mai (annulé), mardi 9 juin Lire la suite
  • Cuncerti : Emma +

    Cuncerti : Emma Retrouvez Emma en concert à l'Auditorium di Pigna Vendredi 24 juillet à 21h30 EMMA Emma est une pianiste corse, originaire de Lire la suite
  • Cuncerti : Isulatine +

    Cuncerti : Isulatine Retrouvez Isulatine en concert à l'Auditorium di Pigna Mardi 21 avril (annulé) & vendredi 11 septembre à 21h Vendredi 10 Lire la suite
  • Cuncerti : Duo Cumparte +

    Cuncerti : Duo Cumparte Retrouvez Duo Cumparte en concert à l'Auditorium di Pigna Mardi 5 mai (annulé), mardi 23 juin (annulé) & mardi 29 Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  • 32
  • 33
  • 34
  • 35
  • 36
  • 37

LE REQUIEM DE COIMBRA

Ce qui frappe dès l’entrée dans l’auditorium c’est la vue verticale du plateau sur lequel est exposée en bon ordre une somptueuse monstration des splendides instruments que sont, rangés par familles, du plus petit au plus grand, les flutes à bec, les doulcianes, les cornets à bouquin et les tournebouts (ou cromornes).

A l’arrivée des musiciens, pendant que les quatre chanteurs se posent, debout, derrière leurs pupitres, les quatre instrumentistes viennent choisir devant nous chacun son instrument. Ils le reposeront délicatement à la fin de chaque pièce pour en reprendre un nouveau, sans jamais détruire la symétrie de la disposition.

Le pari était audacieux, comme l’écrivait dans la feuille de salle le chef de cette banda, le portugais Tiago Simas Freire : « associer des chanteurs corses expérimentés avec des musiciens spécialisés dans les répertoires anciens pour une découverte et une nouvelle création à partir de sources musicales inédites du XVIème siècle qui déclinent diverses techniques polyphoniques orales sur le plain-chant ».

Magnifiquement sévère, ce programme musical nous a permis de percevoir, dans la qualité charnelle du timbre des voix et des bois mêlés, une sorte de sensualité de la mort dont les ibères sont friands et que les corses partagent volontiers en célébrant, avec les larmes, la lumière.

L.A. Gascona

17.11.2017

Aller au haut