• In Residenza : Ensemble Gilles Binchois +

    In Residenza : Ensemble Gilles Binchois ENSEMBLE GILLES BINCHOIS Samedi 7 novembre à 18h à l'Auditorium di Pigna sur entrée libre Pour l'Amour de ma Douce Lire la suite
  • In Residenza : Sequenza 9.3 +

    In Residenza : Sequenza 9.3 SEQUENZA 9.3 Vendredi 20 novembre à 18h à l'Auditorium di Pigna sur entrée libre A l'iniziu c'era a Nanna (là Lire la suite
  • In Residenza : Capella Sanctae Crucis +

    In Residenza : Capella Sanctae Crucis CAPELLA SANCTAE CRUCIS Samedi 28 novembre à 18h à l'Auditorium di Pigna sur entrée libre Vêpres de Saint Augustin Avec:Axelle Lire la suite
  • In Residenza : Ensemble Tarentule | Jeux de Mots +

    In Residenza : Ensemble Tarentule | Jeux de Mots ENSEMBLE TARENTULE | JEUX DE MOTS (ne dit-on pas « Jouer de la musique » ?)    Samedi 3 octobre à 21h à l'Auditorium di Lire la suite
  • In Residenza : Marẖala 3 +

    In Residenza : Marẖala 3 MARHALA 3    Samedi 10 octobre à 21h à l'Auditorium di Pigna Résidence de Youmna Saba : entrée gratuite Avec :Youmna Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  • 32
  • 33
  • 34
  • 35
  • 36
  • 37
  • 38
  • 39
  • 40

retour sur la résidence Raconter en musique "In armonia favelare"

Joël Heullion, directeur artistique de l'ensemble Euridice et Maître de conférence en musicologie à l'Université Paris VIII, nous fait le récit de cette belle aventure à laquelle le CCM Voce a fait part, le projet Raconter en musique "In armonia favelare".

 


Entre les 18 et 21 novembre 2016, l’équipe de recherche « Euridice 1600-2000 » (Université de Paris VIII) était en résidence dans le cadre d’un projet jumelé avec l’Université de Corse : « Raconter en musique… »
Cette équipe de recherche associant universitaires et artistes se propose depuis 2001 de réfléchir aux évolutions musicales vocales du XVIIème siècle dans les cours du nord de l’Italie, d’où sont parties toutes les innovations importantes (opéra, cantate, etc.). La spécificité de cette équipe est de toujours associer théorie et pratique musicale effective.
Le projet à Pigna, s’est décliné sous la forme d’une résidence afin de préparer un concert démonstratif du travail de recherche effectué par l’équipe : explorer les musiques du premier 17ème siècle et essayer d‘en comprendre à la fois la portée et les modes efficaces de restitution, puis a été suivi d’une journée de colloque à l’Université de Corse.
Depuis des années, l’une des pistes majeures creusées pour cette approche d’une interprétation plus responsable et plus efficace de ces musiques, a été de questionner les musiques populaires de traditions orales qui ont sans doute gardé en héritage de quoi nourrir cette réflexion.
L’occasion était donnée ici de mettre en parallèle des musiques de cour (extraits d’opéra, mais aussi musiques de salons) avec l’épopée traditionnelle : "e 7 galere", appartenant au patrimoine musical corse.
Nous avons donc en collaboration avec l’Ensemble Madrigalesca (dirigé par Nicole Casalonga) proposé une performance de cette épopée en conjuguant nos forces et nos approches : faisant cohabiter les approches traditionnelles (vocalité, système musical, etc.) avec celles imaginées à des fins d’efficacité rhétorique (mise en scène sonore du sens de la poésie) dans les musiques du 1er baroque. Le résultat a été présenté lors du concert du 21 novembre à l’auditorium de Pigna et lors du colloque, à Corte, le 23 novembre. C’est pour nous une première étape dans un processus qui demande à se développer. Cela a été très enrichissant de part et d’autre, de confronter ou plutôt de conjuguer les différentes pratiques performatives au service d’un projet : rendre la musique plus efficace dans la délivrance de son propos. La version présentée consistait en une sélection de 14 strophes du texte et l’idée nous est venue de proposer pour l’avenir le projet de réaliser l’épopée dans on intégralité, en réfléchissant à un dispositif visuel adéquat.
Cette collaboration nous a confortés dans nos présupposés de recherche, avec la perspective féconde de ce dialogue entre traditions orale et écrite. C’est désormais, au vu des résultats obtenus lors de cette résidence,  pour nous un axe renforcé dans nos spéculations plus théoriques.

Aller au haut